lundi 8 février 2016

Jan Karksi de Yannick Haenel

*****
Après avoir terminé ce livre sur la Shoah, j’ai des sentiments mitigés. Je préfère lire des vrais témoignages sur cette époque au lieu de « romans ». Yannick Haenel présente un livre de trois chapitres. Le premier chapitre traite l’interview avec Jan Karski dans le film Shoah de Claude Lanzmann. C’est une description impressionnante.

Dans le deuxième chapitre, l’auteur présente un résumé du livre « Story of a secret state » par Jan Karski. Ce livre a été publié en 1944. Il traite les expériences de Jan Karski, un membre de la résistance polonaise. On apprend ses activités comme messager entre la résistance en Pologne et le gouvernement improvisé polonais d’abord en France et plus tard en l’Angleterre. C’est un chapitre intéressant et je suis sûr que je lirai le livre de Jan Karski plus tard (peut-être l’édition française de 2004 « Mon témoignage devant le monde »).

C’est le troisième chapitre qui me trouble un peu. Yannick Haenel présente une fiction sur la vie de Jan Karski. Le grand thème de ce troisième chapitre est le fait que les Alliés n’ont rien fait pour les juifs pendant la guerre. C’est un chapitre amer qui traite surtout les expériences de Jan Karski en Angleterre et aux États-Unis. Les hommes politiques, les diplomates, ils écoutent le témoignage de Jan Karksi sur la Shoah, sur l’extermination des Juifs d’Europe, mais ils ne font rien.

C’est un thème intéressant et émouvant : « les Alliès, ils se sont renseignés aux actes d’extermination des Juifs pendant la guerre et ils n’ont rien fait quand même ». Le thème de l’antisémitisme, en Pologne, en Europe, en Union soviétique, aux États-Unis, bref, partout, est également un thème intéressant et captivant. Le troisième thème est bien saisissant ; la frustration personnelle de Jan Karski qui essaie en vain de toucher les Alliés par son témoignage personnel sur les horreurs de la Shoah.

Quand même, j’ai des doutes à ce troisième chapitre, à cette fiction, à cette biographie, sans vraiment comprendre pourquoi. Les sentiments et les pensées de Jan Karski, ils ont été décrits vraisemblablement. Cependant, je pense que, peut-être, l’auteur a utilisé le personnage de Jan Karski pour divulguer ses propres idées et avis sur le rôle honteux des Alliés vis-à-vis la Shoah pendant la Seconde Guerre mondiale. Je ne sais pas exactement pourquoi, c’est une émotion difficile d’expliquer, mais pour quelconque raison pour moi « la sincérité » manque. Je préfère des vrais témoignages en ce qui concerne la Shoah.

Pour conclure, après avoir terminé ce livre de Yannick Haenel, j’ai des sentiments mitigés, mais, au moins, j’ai découvert un autre témoignage intéressant sur la Shoah. Le livre a gagné le Prix du roman Fnac en 2009.

1 commentaire:

Orzech a dit…

C'est un livre que j'ai l'intention de lire un jour.